Imprimer les messages du sujet "mes 3 ballons"


Imprimer cette page Fermer cette fenêtre

Posté le 10/06/2013 à 06h54 par afp

samedi 8 juin, ma première cyclosportive.... déjà fait de la compétition durant quelques années (il y a quelques années) mais jamais de manifestations comme celle là. En ce moment la forme est bonne, ce serait dommage de rater ça !

inscrit de dernière minute sur le grand parcours, je suis prêt à affronter les ballons et autres irrégularités de la terre.

Je me rend sur place avec l'ami Gino, le temps est nickel (rare en 2013!), on arrive vers 6h du matin, 1h15 avant le départ prévu, je me dit qu'on est pas mal. Très heureuse surprise sur le parking où on a la chance de voir .... Isa et Jean François se garer juste à côté de nous ! J'espérais pouvoir la croiser au moins une fois dans la journée et bien c'est fait ! et les têtes connues faudra en profiter car ça va pas durer longtemps ! avec Gino on file récupérer nos plaques, nickel, ça se passe bien, on revient à la voiture pour finir de se changer et déposer le petit sac jaune. Isa est déjà pu là, surement dans le gros du paquet qui commence à encercler le stade. On se change et on file au départ où y a un sacré paquet de monde. Comme c'est ma première cyclo, c'est la première fois que je vois autant de monde sur une ligne de départ.
Je suis avec l'éternel Gino et on retrouve William, Hugues entre autre, on sait pas trop comment ça marche au départ, les 1-1000 par là, les +1000 par là, pourquoi pas... mais je sais pas ce que ça fait comme différence. Bref j'obéi. Dans le paquet on est loin de la ligne, les premiers ont l'air de partir un peu plus tard que le départ prévu, et le stade met longtemps, très longtemps à se vider... je me demande presque si les coureurs sont pas pris en photo un par un... bref, 8h passé, toujours au même endroit, on voit plein de gens qui passent par dessus les barrières et qui coupent le stade vers la ligne de départ. On sait pas trop pourquoi mais le mouvement commence à envahir les idées de tout le monde... on change de position et nous on trouve une solution pour se rapprocher de la ligne où un gars vient en gueulant "les masters sur la ligne !" et au micro qu'on entend enfin, on entend 'masters on the line! masters sur la ligne!", un rapide coup d'oeil, y a pas mal de masters autour de moi (je suis pas tout seul dans ce bordel), le gars venu nous chercher écarte les gens pour nous créer un passage, on commence à se faufiler dedans mais le chemin se referme et impossible d'aller nul part, les gens refusent tout simplement de nous laisser passer!! dans ce mouvement, tout le monde pousse tout le monde, je me fais bousculer dans tous les sens... ça me met en forme tout ça... j'espère que c'est que passager et que la singerie va bientôt prendre fin. On est alors tout un tas à sauter les barrière et à rejoindre la ligne par le côté droit. On rejoint la ligne et on s'entend dire par un gentil gars avec un beau micro : "nouveau départ dans 10 minutes", et les masters, ils existent plus !
On est tout de même à côté de l'antenne de pointage, on essaie de s'en approcher, dans le but de pointer tout de même et un paquet non officiel part sur la droite, et je pars aussi, enfin!! il est quasi 8h30 c'est sur je ne verrai pas les copains sur la route!

On peut enfin parler de course, les singeries sont peut être finies... ou pas ! Ca roule fort, très fort au départ, pas grave, j'ai un peu de nervosité à évacuer après tout ça, et les jambes vont bien, très bien. Je suis surpris de voir comment ça frotte dans les groupes, faut vraiment faire attention... mais bon, ça va pas trop mal quand même, dans le col des chevrères, ça continue de frotter, tout le monde veut aller plus vite, ça tente de doubler par la gauche, la droite, partout où il y a de la place, je remonterais quelques concurrents à quelques occasions à la limite de l'herbe ou dans l'herbe et d'autres coureurs se pousseront directement pour se faire de la place dans les plus fort poucentages! j'évite la chute de justesse et ne fait pas parti des gens qui devront s'arrêter pour ne pas rouler sur les gars. Sympa, bientôt le premier ravito...

nous y voilà, je pose mon vélo dans un coin et me rapproche des stands, où il est presque pas possible de s'approcher, un gros tas de gens devant les tables, qui "bouffent" sur place et qui redépose leur déchet dans les cartons de bouffe !! j'hallucine un peu à ce moment là! dans le carton des bananes on fait pas la différence, incapable de dire si c'est une poubelle ou pas, y a des bout de bananes entiers et des tas de peau sans victuailles, idem pour les oranges à côté! (dans quel monde on est!!??) avec le tas de gens qu'il y a là, y en a quand même qui arrive à venir avec leur vélo. J'en ai assez vu, j'attrape quelques bricoles comme je peux, et je reprend mon vélo et je me tire !

On verra au prochain si c'est mieux.

Julien, pédaleur qui hallucine...

Posté le 10/06/2013 à 06h55 par afp

Sur la route on sent que ça se calme un peu, chevrères a un peu calmé les esprits. Difficile de prendre un groupe sur la route de Giromagny, y a bien quelques groupes qui se forment mais dans les petites bosses, tout le monde coupe les gaz... (???) je saute alors de groupe en groupe et fait un peu cavalier seul au milieu des coureurs.

dans le ballon, ça se passe super bien, je roule à ma main et observe les spectacle... ça roule à des allures plus ou mions rapides selon les coureurs, on y voit un peu plus clair que dans Chevrères où j'ai presque pas aperçu la route tellement qu'il y avait de monde! Je vois des gars qui flinguent dans ce ballon, des groupes de 2,3 ou 4 qui passent sur la gauche et qui roule un peu plus fort que tout le monde... pendant quelques secondes et plus rien. Je prendrais quelques roues en passant en me disant que cette allure pourrait me plaire, mais les gars "se garent" plus ou moins rapidement, je finirais la montée tout seul et laisserai certains excités derrière, pas grave.

2ème ravito! ou devrais dire, le summum de la journée, le top de la "singerie" ! même galère pour approcher la bouffe, y a toujours des gars qui campent devant les tables, impossible de s'en approcher, ceux qui veulent aussi se ravitailler hésitent pas à pousser tout le monde pour se frayer un chemin... une vraie guerre civile, comme des canards sur un bout de pain, chacun sa peau! et je ne parle pas du point d'eau!! j'ai pas le choix il faut faire le plein, un seul point d'eau pour beaucoup de monde, faut pas s'attendre à un moment de bonheur! je m'arme de patience et file dans le troupeau, on se fait pousser à droite, à gauche, ça s'incruste de partout, difficile de se rapprocher du tuyau et quand j'arrive enfin à l'endroit désiré, c'est encore le combat pour glisser les bidons sous la source! je me ferais "dégager" mes bidons plusieurs fois, obligés de mettre des coups pour reprendre ma place et finir le ravitaillement! quel bordel!

Je me tire à nouveau, vers la suite, les jambes sont très bonnes et suis vraiment content de mon allure jusque là. Masevaux, petit coucou à Pascal et Vanessa, je verrai même pas Manala, désolé l'ami. Merci de nous permettre de passer en toute sécurité ! le hundsruck se passe très bien, suivant, le grand ballon! en bas on est arrêté au feu, ça créé alors un gros groupe dans lequel je vais rester quelques kilomètres, ce sera les dernièrs mètres que je ferais dans un groupe. Sympa de croiser tous les copains du CCK par là, enfin des têtes que je connais et qui parlent la même langue que moi! ça cause beaucoup dans des langues que je connais pas depuis le départ, ça fait du bien ce petit retour local. Dans le groupe, un confrère de paris se demande pourquoi les gens me connaissent comme ça par là, sympa de répondre que je suis à la maison ici!

Il fait chaud, et comme le dis Thierry, la pénurie commence à sévir, de l'eau! de l'eau ! depuis le ballon d'alsace, mes bidons ont pris une claque et la fontaine du début du col amic sera salvatrice! je refais le plein, mais ça consomme beaucoup et il va falloir se rationner! la montée jusqu'au col amic se passe bien, voire très bien, et en arrivent au col amic, je m'en rend compte en quelques secondes.... et merde! ça tombe à un super mauvais moment... ! la fringale! d'un coup d'un seul, plus de carburant, plus rien, le désert total, j'avais bien quelques bricoles avec moi mais je les ai engloutis avant suite à la frustration des ravitos, il me reste juste un gel énergétique, je prends... c'est dégueulasse au possible, tant pis, si ça peut m'aider... je ne sentirais jamais aucun effet, et j'ai soif, terriblement soif! mes bidons sont pas loin de la fin aussi, et il faut monter là haut. Je prendrais mon mal en patience jusqu'en haut, je monte à 5-6 km/h, une vraie charrette, pas moyen de faire mieux, je me sens déshydraté, tout sec, j'ai une petite brioche dans la poche que j'ai pris sur un ravito, mais impossible à faire descendre sans eau, j'ai la bouche ultra sèche, je vais m'étouffer si je touche à ça! dans ma tête le ravito est en haut, je ferais un effort de sagesse impressionnant à cet endroit là pour ne pas songer à un banquet qui pourrait m'attendre, un poulet roti, des frites, du coca, des pates, un bon cassoulet, des tas de choses, je ne penserait juste à rien, juste à mon sang qui devient transparent, mon bide qui me fait mal depuis le ballon d'alsace, mes intestins qui ont besoin de faire de la place... un vrai moment de bonheur comme on les adore. Dans la montée y en a partout, je suis pas tout seul dans la galère, ça s'allonge dans tous les coins, beaucoup mettent pied à terre. Mon seul objectif, ne pas descendre de vélo.

Julien, pédaleur galérien

Posté le 10/06/2013 à 07h25 par afp

arrivé en haut, pas de ravitaillement comme je le croyais, je file à l'auberge pour aller me nourrir et faire le plein de flotte! y a du monde là dedans, le gars se fait dévaliser en coca, en monnaie, il fait du chiffre mais hallucine de ne pas avoir eu l'info de cette "course" qu'il aurait pu préparer un poil. Dans la file d'attente avant la caisse, je suis tellement entamé que je tiens pas debout, presque obligé de m'asseoir sur mon plateau. Ce sera Coca et quiche lorraine pour moi, je me pose à une table et me nourris tout doucement pour remettre l'estomac en route sans le contraindre... je resterais une petite demi heure à table, je me suis pas mis au milieu de tout le monde car... il faut dégazer! désolé du détail mais c'est la folie et tant pis si les mouches tombent. Une fois fini de manger, je retrouve mes esprits et file au sous sol, y a du boulot en bas, je vous passe les détail, mais une fois dehors ça va beaucoup mieux et j'enfourche mon cheval et file à forte allure au markstein. Je file, les jambes sont revenues, preuves que c'est pas fini pour moi, c'était juste la panne sèche mais les muscles vont bien, toujours bien.
Ravito, ou devrais-je dire un semblant de porcherie, y en a partout, des déchets jetés partout dans l'herbe, une montagne de poubelle, impossible de marcher dans l'herbe sans écraser une peau de banane, des papiers en tout genre... y a plus d'eau, c'est une dame d'un restot plus haut qui va nous offrir un peu d'eau, merci madame de venir à notre secours! Je plains sacrément les bénévoles qui vont démonter ce stand et surement nettoyer un peu! Je suis pas la reine des maniaques, loin de là mais je serais vraiment choqué de voir l'état de cet espace vert.

Bref je me tire une fois de plus et roule fort vers le lac de kruth et le col d'oderen, ça monte bien, très bien, les jambes sont bien de retour, j'enchaine, je roule tout seul bien sur depuis le pied du col amic et roulerais tout seul jusqu'au bout. Je passe le col sans souci, file vers le col du Ménil où ce sera douche gratuite! deux fois pour bibi! en quelques minutes. Juste après ces deux averses, le soleil revient et ce sera insupportable de subir la chaleur qui monte de la route qui sèche, un vrai chauffage au sol qui va demander pas mal de flotte pour maintenir la température du gosier! le col des croix, Quel bonheur ce début de col, d'apercevoir une jeune demoiselle, très jolie, avec un beau sourire m'indiquer "c'est par là", ça dure quelques, je la remercie gentillement et tente de lui adresser un petit sourire en retour. Quel bel instant! la suite, le col, la descente, on se rapproche gentillement de la fin, puis à un moment, dans un village, on tourne à droite et bam! tout à gauche! ce ne sera pas très long, mais ça fait son effet tout de même et les organismes entamés doivent pas être souriants. Je me sens encore bien mais commence à manquer de carburant, je sens de nouveau la fringale qui arrive. j'essaie de gérer comme je peux pour tenir jusqu'au ravitaillement, j'ai un peu de sucré dans un bidon, je rationne. Je suis pas au top mais j'arrive tout de même à gérer jusqu'au ravito, où je doit encore être prudent avec l'estomac mis à rude épreuve aujourd'hui!

Je me tire encore une fois et pour la dernière fois, à mon compteur il doit rester 20 bornes environs, je me sens bien, les jambes sont toujours là, ça se passe toujours mieux après le ravito. Je roule à 40 à l'heure sur le plateau, engloutis les dernière bosses, je suis surpris d'avoir encore de sacré bonnes jambes. Je ne réfléchis pas, je file, ça monte, ça descend, pas grave, tout est bon à prendre. Au passage, je crois un panneau "20 kms", sympa mais je croyais déjà y être dans ces 20kms... le parcours ne fait pas tout à fait les 213 km annoncés mais bien une poignée de plus! Je rejoins la route en bas, dernière grande ligne droite, un léger vent de face, je dois rouler à 35 à cet endroit là, je me doute qu'un groupe de rouleur va revenir de l'arrière mais je veux rester tout seul et laisserais filer si je suis rattrapé. Bingo, quelques 15-20 gaillards me doublent et m'enrhument... je sais pas à combien ils roulent mais bien plus vite que moi. M'en fous je veux être tout seul. J'avale les derniers km et hausse mon allure en m'approchant de la ligne. Dans Raddon, y a des petits coups de cul, excellent, j'ai déjà repris quelques gaillards qui ont sauté dans le groupe de formule 1 et dans ces coups de cul je vais en reprendre plus d'un et ferais en sorte de flinguer un peu dans les petites montées pour que personne prenne la roue, je veux être tout seul un point c'est tout. A ce moment là j'ai bien l'impression d'avoir repris tout le groupe, que j'ai vu s'émietter par l'arrière et vraiment plus personne devant! virage à droite, dernier km! enfin c'est ce qui est écrit sur le panneau... un petit doute sur ces chiffres de la fin. Pas de finesse, à bloc jusqu'à la ligne!

Julien, pédaleur à bloc

Posté le 10/06/2013 à 08h10 par afp

Je sprinte même dans les derniers 200m quand j'aperçois la ligne, même s'il faudra se jeter sur les freins juste après, tellement y a du monde juste après la ligne! ça me surprend un peu mais pas grave, on y est, c'est fini! quelques 220km au compteur, 9h00 de vélo pour moi. Je croise Gaëtan qui redescend chercher sa voiture. Suis content d'en avoir terminé et je suis quand même déçu de ma fringale quand je vois les jambes que j'ai eu tout le reste de la journée. 10h02 au timing officiel, le pointage a bien marché au départ, même si je suis pas passé sur le tapis. Sans ma fringale et sans mon arrêt forcé au grand ballon, je pense que j'aurais peut être (je dis bien peut être) mis une heure de moins... mais bon ça fait partie de la course, je suis tombé en panne, je pense que je suis pas le seul à qui s'est arrivé, tant pis!

J'aurais pas gagné pour autant, sans ça mais côté moral, j'aurais été un peu plus aux anges sur la ligne d'arrivée sans ce petit pépin.

ma première cyclo est bouclée, une belle aventure mais je garde vraiment une image pas terrible de tout un tas de choses, le bordel du départ où y a rien pour séparer les séniors des masters (ou alors j'ai pas de bons yeux), les annonces micro qu'on entend qu'à 10m de la ligne de départ, les ravito du type matches de box, les stands transformés en porcherie après le passage de l'ouragan "coureurs", Les frottements dans les paquets au départ...

J'espère que c'est pas toujours comme ça dans les cyclos, j'en ferais surement d'autres, et j'espère que ce sera un peu plus chouette sur ces quelques points.

Côté "performance" je suis tout de même super heureux, j'ai pu rouler "fort" toute la journée, j'ai certes coincé dans le grand ballon (qui est peut être pas le meilleur endroit pour ça), mais une fois remis d'aplomb, les jambes ont toujours bien marché.... de quoi donner des idées pour la suite... ! où faudra faire un peu attention à certains détails!

J'étais content de retrouver l'ami Gino à la fin qui m'a sagement attendu après son beau parcours sénior, chantal était là aussi, on a pu refaire nos histoires agréablement autour de la pasta box qui mettra du temps à descendre tellement l'organisme est fatigué. Le gros moment difficile de la journée, la reprise du vélo pour repartir à la voiture... impossible de poser le "séant" sur la selle, je suis tout de même assez meurtri et maintenant "à froid" c'est juste insupportable! même au volant de la voiture je dégusterais pas mal et forcerais même un peu l'allure sur la route pour que le calvaire prenne fin plus rapidement!

En posant Gino chez lui j'ai quelques minutes de répit, je descends et aide Gino à sortir son cheval. Un petit bonheur d'être debout...
De retour à la maison vers 21h, parti à 4h45, une sacré belle journée!

Julien, pédaleur heureux malgré tout!

Posté le 10/06/2013 à 11h14 par giggi

salut JULIEN

le jour ou tu auras fini de pedaler tu pourras toujours ecrire des romans,car c'est un vrais plaisir de lire tes aventures.

pour l'organisation et surtout pour le comportement inqualifiables de beaucoup de cyclistes ,je partage
completement ton avis

à bientot gino

Posté le 10/06/2013 à 11h33 par POUCET

Julien, pédaleur heureux malgré tout! a écrit :
.... De retour à la maison vers 21h, parti à 4h45, une sacré belle journée!

GENIAL JUJU

Ton récit est un vraiment trop bon ....

J'espère que l'organisation aura la bonne idée d'y jeter un oeil ...

En tous cas, je suis super content de voir Gaétan et Juju sur le Grand Parcours ...

Une telle manifestation n'est pas simple à organiser ....

Malgré quelques merdouilles au départ et sur la route , c'est génial de voir autant d'enthousiasme de la part des jeunots, des retours positifs et récits aussi flamboyants.

La relève est assurée BRAVO les jeunes

Le Petit Poucet
mais rien ne sortait ....

Posté le 10/06/2013 à 11h41 par schwarzi

J'ai pris du bonheur à lire ta première cyclosportive: on y était, j'ai aussi eu mon coup de fringale pendant la lecture; heureusement que le frigo n'était pas loin.
Samedi, après ma sortie journée avec Luccho, Betty, Sylviane et Cie ,j'avais juste un petit regret : Ne pas m'être inscrit aux 3 Ballons car j'avais des jambes de feu et me mesurer aux battaves et coureurs dans mon Grand-Ballon m'aurait excité.
En lisant tes péripéties je suis entièrement satisfait de mon choix de samedi:
- avec les copains nous avons pu discuter pendant les 165km(c'est bien mieux de parler tous la même langue)
- pas de stress au sommet des cols, j'ai de la place et je peux me ravitailler en attendant le reste de la troupe
- dans les descentes , je me suis toujours à la ramasse mais les copains m'attendent en bas pour reformer un groupe avant les portions intermédiaires car en cyclosportive j'ai horreur de faire le chasse -patate dans les vallées
- aborder les montées derrière un paquet me stresse , il faut être hyper attentif pour ne pas tomber même en montée. Je préfère monté avec une vue "dégagée"
- mais le plus important pour moi c'est la convivialité
- et voir l'irrespect de certains envers la nature et les bénévoles : Bof j'aurais été dans la même sensation que toi en voyant ces détritus aux ravitos: je peux comprendre ceux qui jouent la gagne mais pour les autres perdre une minute pour jeter ses restes dans les poubelles n'aurait pas changer grand chose pour le chrono final
- pour la sortie de samedi les ravitos étaient nickel : petite mousse sur une terrasse et bien sùr une petite tarte aux myrtilles pour moi

En tout cas chapeau à tous d'avoir réaliser vos rêves.
En descendant le Grand-Ballon vers 17h, je peux vous dire qu'il y avait encore des coureurs à vouloir atteindre la ligne d'arrivée , dans une sacrée galère, en dehors de l'organisation car derrière la voiture- ballet .A quelle heure vont-ils arriver? Certains sont un peu "présomptueux" sur leur capacité physique ou ne se rendent pas compte de la difficulté du parcours: bon après c'est leur choix et j'espère qu'ils ont au moins apprécié nos belles montagnes: c'était une journée magnifique!

Au plaisir de lire d'autres récits vécus de l'intérieur (Poucet of course, Gaêtan, Zurbach, Martine et....).
Bravo à tous

Philippe

Posté le 10/06/2013 à 15h14 par Gaetan_99

Super récit J'ai vraiment aimer ^^

Je te tire mon chapeau, car j'ai aussi "subit" le parcours à certains endroit, mais j'ai souvent eu la chance de rouler avec d'autres, donc la motivation va de pair, alors seul comme toi, ca a du etre une sacrée epreuve. Well Done !

J'en avais aussi discuter avec des gens lors de la sortie, mais la pollution sur les aires des ravitos et beaucoup d'impolitesse est vraiment dommage. Apres c'est clair que sur 4000 personnes, il y a tjs des gens qui s'en foutent, mais un simple merci pour les benevoles et un sourir, c'est la moindre des choses.
J'ai un souvenir de la jeune fille qui distribuait de leau avec une "pompe", et derriere elle un fut de 800 litres d'eau, 10 personnes devant moi, et pas un pour dire bonjour et merci. Dailleurs étonnée quand je l'ai remercier, et sans eux, pas de Cyclo.

Posté le 10/06/2013 à 16h12 par manala

Super ton recit Julien et c'est du vecu
Bien sur il y a quelques aspects comment dire agacants mais comme le dit Poucet
ce n'est pas simple d'organiser un truc de ce genre la.
Et puis il y a bcp de consommateurs chez les cyclos
Tu portes bien ton pseudo....
@+

manala

Posté le 10/06/2013 à 16h25 par POUCET

Gaetan_99 a écrit :
J'en avais aussi discuter avec des gens lors de la sortie, mais la pollution sur les aires des ravitos et beaucoup d'impolitesse est vraiment dommage. Apres c'est clair que sur 4000 personnes, il y a tjs des gens qui s'en foutent, mais un simple merci pour les benevoles et un sourir, c'est la moindre des choses ....

Pas facile de "gerer" 4000 excités à vélo .... Mais j'ai quand même l'impression que l'organisation n'a pas assuré au niveau des ravitos et la distribution d'eau en particulier. La jeune fille à beau être jolie et souriante, une seule pompe pour autant d'assoifés, ça ne peut pas marcher. C'est juste une évidence .... Aprés, le phénoméne de masse et la bétise "gros dégueulasse" prend souvent le dessus ....

J'ai du faire une dizaine de 3 Ballons, et je n'ai jamais vu un tel bordel sur les ravitos .... Trop de monde Faudrait il limiter le nombre de participants Ca meriterait reflexion ....

J'ai eu l'impression qu'il y avait de bonnes idées, mais qu'elles n'ont pas été suffisament travaillées .... Je pense au départ notamment. Le fait de partir au compte goutte fluidifie et sécurise le début .... Mais l'histoire des SAS est pour le moins confus, et la sono est à chier (ça, ça n'a pas changé). Comme le fait qu'on démarrre 10' en retard ... un grand classique des 3 Ballons. Pourquoi ne pas décaler réellement le départ du petit parcours Quel interet de faire poireauter les gars du "petit parcours" sur la piste pendant une heure

Le ravito de Belhafy avait l'air sympa ... en arrivant au dessus du village, y avait comme un air d'Ardéchoise. Tellement sympa d'ailleurs que j'ai vite compris qu'il était inutile de perdre du temps a essayer d'approcher les tables ... J'ai filé, en me disant que ça irait bien jusqu'au Ballon d'Alsace ...

Sauf qu'en arrivant au Ballon, il n'y avait déjà plus de bouteille de flotte mais des tonnes de détritus partout. Et c'était déjà la guerre pour arriver au tuyau d'eau Pareil en pire au Markstein ...

En fait, le plus rapide pour faire les bidons, c'était la fontaine du Col d'Oderen ... Celle là elle a un sacré débit, et comme on ne la voit pas depuis la route, j'ai pu faire un plein peinard et me tremper les panards (en feu kizété) ... C'était necessaire, because j'ai un gros coup de bambou dans l'Oderen. Y a fallu un long moment avant que je retrouve mes esprits pour accrocher quelques roues ....

Le dernier ravito est bizarement placé ... avant, quand il fallait encore se taper la Planche c'était bien de pouvoir remplir les bidons à 20 bornes de l'arrivée. Mais là, avec un final en descente et à peine une heure à rouler, quel interet

N'empéche que j'ai passé une grande et belle journée de vélo, sous le soleil, avec un superbe parcours. Vraiment génial la fameuse Petite Finlande ... Et le Grand Ballon par le versant mythique, ça a vraiment de la gueule

Le Petit Poucet
mais rien ne sortait ....

Posté le 10/06/2013 à 20h43 par Michel_le_Lorrain

Hou la la il s'en est passé des choses... c'est vrai qu'avec la chance de partir devant on ne subit pas tout cela...

A chaque fois on le dit mais ce serait effectivement une très bonne chose de décaler le départ du petit parcours d'une heure. Cela se comprend que certains essayent de partir avant... c'est mieux d'attendre au lit que sur le vélo... à méditer.

C'est quand même lamentable que certains arrivent au dernier moment, avec un gros N° de dossard et tentent quand même de se placer devant.

Quand aux ravitos je me disait bien qu'ils étaient petits, quand on pense à ceux de l'EDT et qui sont pris d'assaut cela ne pouvait que coincer. Dèjà à une vingtaine de cyclo cela commençait à coincer alors avec le gros de la troupe je n'ose pas imaginer...

Le plus désolant c'est effectivement pour les bénévoles qui subissent la situation.

La foule étant présente sur les 3 ballons, il ne manque plus qu'un peu d'organisation et de rigueur et tout sera au top, on y croit

Michel

Posté le 11/06/2013 à 17h31 par Bridoultra

Sacré AFP ...... qu' es que j'ai pu rire en te lisant C' est vrai que ton résumé est un modéle du genre......humour et réalisme un mélange détonnant avec toi.......

En tous les cas , c' est amusant de voir les différents résumés de l' un ou de l' autre sur cette Cyclo............et de voir finalement toutes les différences d' appréciation qui peux exister , au vu des sensations différentes qu' on vécu chaque participant à cette cyclo.
Bon, je me permettrais de proyer un jugement , tout simplement parce qu'à part le Feu Rouge de Masevaux ......... j' ai rien vu d' autre des 3 Ballons........

Bien sûr , j' ai ma vision des choses et ma façon de penser de l' évolution des cyclosportives actuelles et de ces dérives... que ce soit parmi le comportement des cyclistes sur la route , aux ravitos , ou que ce soit dans le profit de plus en plus notoire des organisations qui pensent " compte en banque souvent avant le reste"....... mais là , il est vrai que je suis un peu concerné dans l' organisation en étant " bénévole" pour SPORT COMM et qu' il m' est difficile de dire autre chose , qu' ils ont été super top avec les 15 cck qui ont donné de l' aide sur cette journée.....


Bon ..... en tous les cas BRAVO à toi julien pour avoir fait cette course du jour .......... avec ta vision et ton tempérament et à un de ces jours .......... champion

BridoUltra 61